SMUR et modélisme

Activité des paramédicaux SMUR et Sapeurs Pompiers, leur matériel et leurs techniques

Modérateur : Marc

Avatar du membre
Maxime
Administrateur
Messages : 6583
Enregistré le : 06 avr. 2003, 11:09
Année de diplôme IADE : 2004
Poste occupé actuellement : Cadre IADE
Localisation : Toulouse
Contact :

SMUR et modélisme

Message : # 87258Message non lu Maxime »

Déjà 150 Smur dûment répertoriés, près de 215 véhicules existant ou ayant existé et tous reproduits à l'échelle 1/43... Passionné de modélisme et puriste de la maquette, Thomas Clément a profité début juin du congrès urgences pour dévoiler toute l'étendue de sa collection. Un travail de fourmi pour une collection hors pair et de très haute qualité.

Image
De véritables mini-Smur, comme ici à Alençon (Orne), copies conformes des originaux. Chaque véhicule demande une vingtaine d'heures de travail à Thomas Clément, sans compter le temps passé à décaper la carrosserie, une tâche confiée à un prestataire externe. (MiniaSmur)

Minia Smur ou quand la passion du modélisme rejoint celles des Samu-Smur. Fils d'un assistant de régulation médicale (Arm) qui a passé vingt-cinq ans de sa vie aux Samu de l'Aube à Troyes et d'une mère guide conférencière, Thomas Clément a profité mi-juin à Paris du congrès urgences pour exposer ses créations. Un rêve doublé d'une véritable reconnaissance pour ce maquettiste hors pair qui, depuis le milieu des années 2010, met en lumière un "patrimoine" hospitalier oublié et extrêmement ciblé : les véhicules des structures médicales d'urgence et de réanimation (Smur). Il compte désormais près de 215 modèles uniques, existant ou ayant existé et tous reproduits à l'échelle 1/43. Sur les quelque 450 Smur répertoriés en métropole et outre-mer, 150 sont aujourd'hui dûment représentés dans ce linéaire de vitrine qu'il s'est constitué. Pour le congrès, il s'était fixé comme objectif de référencer chaque département. Pari réussi.
Des copies les plus fidèles possibles
Initialement, ce mini-smuriste en herbe qui réside aujourd'hui dans le Loir-et-Cher se prédestinait à une carrière dans l'aéronautique. Il a d'ailleurs suivi un brevet de technicien supérieur (BTS) en maintenance et exploitation aéronautique à Hazebrouck, à une quarantaine de kilomètres au nord-ouest de Lille (Nord). Sous contrat d'apprentissage, il rejoint à la fin des années 2000 la société Noordzee Helikopters Vlaanderen (NHV), qui exploitait justement l'hélismur du Samu du Nord positionné au CHU de Lille. Dans un premier temps, il y opère comme mécanicien puis devient assistant de vol à bord de cet hélicoptère.

L'aventure miniature débute alors avec l'achat d'un premier véhicule Smur. S'il a depuis totalement changé de parcours professionnel pour désormais travailler chez EDF, ce passé au Samu ne le quitte pas. Il acquiert au début une quinzaine de modèles, guère plus finalement : l'appétence du modélisme à l'égard des Smur n'emporte pas vraiment l'engouement contrairement à ce que peuvent susciter les véhicules des sapeurs-pompiers ou des forces de l'ordre. Pour aller plus loin, Thomas Clément décide donc de se tourner, non plus vers des fabricants à proprement parler, mais d'autres passionnés qui modifiaient eux-mêmes des voitures achetées dans le commerce. Il gonfle alors sa collection d'une vingtaine de modèles supplémentaires jusqu'en 2014.

Image
Un vrai tour de France des Smur actuel et passé : Ain, Pas-de-Calais, Alpes-de-Haute-Provence, Doubs, Paris, Bas-Rhin, Calvados, Nord, Haute-Garonne... (MiniaSmur)

Cette année-là, les libertés prises par certains avec la réalité Smur du terrain, avec des modèles et marquages qui frisent parfois la fantaisie, l'amènent à tout revendre. Objectif : redémarrer de zéro et acheter son matériel pour réaliser ses propres véhicules et surtout, faire ainsi en sorte qu'ils copient le plus fidèlement possible les originaux. Les débuts sont parfois compliqués mais à force de persuasion la technique de peinture, la pose des décalcomanies et la réalisation des accessoires s'améliore jusqu'à obtenir le meilleur rendu qui soit : de véritables mini-Smur.

Une fois achetés, les véhicules, en résine ou métal, sont complètement mis à nu, décapés pour un prestataire extérieur puis repeints dans des teintes de carrosserie en tout point scrupuleusement identiques à celles réellement existantes. Tout est codifié et normé, pas question d'y déroger : il existe par exemple trois variantes de jaune. Il en va de même pour les textes et autres marquages apparents, aussi bien la police d'écriture que le logo ou le positionnement. Globalement, cela lui demande une vingtaine d'heures par modèle, sans compter le temps alloué en externe au décapage.
Des anecdotes sorties de l'oubli
Sa première réussite fut une Peugeot 807 du Smur de l'Aube. Au-delà des véhicules actuellement en service, c'est un véritable travail de fourmi porteur d'histoire(s). Renault 5 du Smur de Blois (Loir-et-Cher) ou de Bourg-en-Bresse (Ain), Fiat Multipla de celui de Sarreguemines (Moselle), Peugeot 305 break de celui d'Angers (Maine-et-Loire), Renault Trafic de Necker, Renault 18 TS break de Digne-les-bains (Alpes-de-Haute-Provence)...

C'est également cette anecdote d'une Peugeot 305 break de Boulogne-sur-Mer (Pas-de-Calais) signée "offert par Auchan" sur la carrosserie, qui rappelle qu'à la fin des années 1980 ce Smur avait été envoyé pour un accouchement sur le parking d'un supermarché Auchan justement. Or devant l'état un peu décati du véhicule, le responsable du magasin avait décidé d'offrir cette Peugeot, d'où cette mention en guise de remerciement. Loin de ne proposer que des "petites voitures", Thomas Clément prend ainsi son bâton de pèlerin pour raconter l'histoire des Smur en s'appuyant sur des anecdotes, témoignages et autres véhicules atypiques qui lui sont remontés du terrain.

Image
Et un tout aussi tour des marques de véhicule Smur : Ford (Cantal, Saint-Pierre-et-Miquelon), Renault (Loir-et-Cher), Peugeot (Aude, Maine-et-Loire), Fiat (Moselle, Vienne), Citroën (Indre), Volkswagen (Nord)... (MiniaSmur)


Pour cela, il s'adonne depuis 2018 à la collecte de photos d'archives auprès de l'ensemble des Smur, des services communication et des directions d'hôpital ou encore directement auprès d'autres collectionneurs. C'est un véritable succès. Il compte désormais dans sa photothèque pas moins de 13 000 clichés de toute la France. Sur le papier, ce travail de collecte n'était pas gagné d'avance tant les images officielles sont rares, là encore contrairement aux pompiers qui de tout temps ont su illustrer et témoigner de leur métier à travers par exemple des calendriers. Si ce n'est quelques entrefilets dans la presse quotidienne régionale, le Smur est longtemps resté un simple outil de travail : cette notion de patrimoine n'est pas ancrée dans l'histoire hospitalière. Toutefois, un virage du tout au tout dans la communication s'est enclenché ces dernières années à la faveur d'Internet et des réseaux sociaux.
Des saynètes ultraréalistes en dioramas
Cette passion pour les Smur s'illustre aussi à travers des dioramas de prises en charge, tout aussi détaillés et fidèles dans leur mise en forme que les véhicules. C'est l'exemple d'un malaise cardiaque sur la route avec plusieurs soignants autour, la pose d'une perfusion ou d'une intubation, la reproduction d'une salle de régulation avec de vraies captures d'écrans qui apparaissent sur les ordinateurs et des distinguo entre médecin et Arm, etc. Ces saynètes ont nécessité de concevoir des figurines Smur, là encore introuvables dans le commerce contrairement aux pompiers, policiers et autres gendarmes.

Par conséquent, Thomas Clément a dû faire appel à un graphiste pour créer des figurines en situation de travail. Il s'est également rapproché du Samu du Loir-et-Cher à Blois. Il s'est rendu sur place, a pu photographier les hospitaliers en situation de travail toujours dans l'objectif d'être le plus réaliste et crédible possible. Quant à savoir la suite à donner à tout ce travail ? Lui-même le reconnaît : c'est "un puits sans fond". Musée, exposition itinérante... Une chose est sûre : s'il a vendu quelques modèles à ses débuts, cela n'a pas fait long feu. La contrainte est telle dans son travail qu'il s'interdit de sacrifier la qualité à la quantité. Il a donc tout arrêté pour rester à sa place de collectionneur.

Image
Malaise cardiaque sur la route avec plusieurs soignants autour, reproduction d'une salle de régulation du Samu avec de vraies captures d'écrans... L'exactitude des dioramas est tout aussi poussée que les modèles de véhicules. (MiniaSmur)

L'un des Graal de la collection : l'hélismur du Samu du Nord
Retour aux sources de sa collection. Thomas Clément a reproduit à la même échelle que ses voitures l'hélicoptère de Noordzee Helikopters Vlaanderen (NHV) sur lequel il a commencé à travailler, l'hélismur du Samu du Nord. Il s'agissait d'un MD 902 Explorer. Une "valeur sentimentale" pour le collectionneur. À l'époque, l'hélicoptère avait été livré par bateau depuis les États-Unis. Il avait participé à son assemblage chez NHV puis aux vols d'essai, à sa mise en qualification et à sa maintenance jusqu'à en devenir le premier assistant de vol. Pour le reproduire, il s'est rapproché d'une société anglaise spécialisée dans le design en 3D. Une fois reçu, à lui de se charger du détail. Résultat : tout y est minutieusement reproduit dans un souci d'authenticité peut-être encore plus poussé même que sur les véhicules Smur.
Sources :
Hospimedia
https://www.miniasmur.fr/
Yves Benisty
Messages : 2312
Enregistré le : 27 mars 2004, 16:39
Localisation : ici

Re: SMUR et modélisme

Message : # 87261Message non lu Yves Benisty »

De jolies réalisations. Je posterai des photos d’ici quelques jours, j’ai réalisé deux ambulances en carton (avec du papier recyclé, par exemple les feuilles blanches dans les cahiers de vérification des salles, ou des feuilles d’examen qui ont été jetées par centaines).

Plusieurs tailles et plusieurs versions différentes, par exemple une version où les portes arrières s’ouvrent. J’en ai donné plein, cadeau de départ, avec une immatriculation personnalisée. Par exemple, pour Pierre Dugenou, né en 1985, l’immatriculation peut être 985 PDU 75.

C’est pas le même niveau de réalisme, mais c’est facile et pas cher.
Yves Benisty
Messages : 2312
Enregistré le : 27 mars 2004, 16:39
Localisation : ici

Re: SMUR et modélisme

Message : # 87263Message non lu Yves Benisty »

Bonjour,

Il s'agit du Citroën Jumper, ambulance de réanimation du Samu de Paris. L'immatriculation DJA est en référence à Daniel Jannière, qui fut longtemps le directeur médical. Je l'ai faite en plusieurs tailles, en utilisant au départ une maquette du véhicule, et en affinant les détails au fur et à mesure avec des photos de l'ambulance.

J'en ai offert à pas mal de personnes, réalisées ou sous forme de planche à découper et à plier soi-même. Du coup, je peux dire que j'ai fait plier pas mal de personnes ;-)

il y a eu des variantes, des tailles différentes, des versions où on pouvait ouvrir la porte arrière et où l'intérieur était représenté (tiroirs, plan de travail au-dessus des tiroirs, vitre de séparation…).


IMG_0820 1-2.jpg
Vous n’avez pas les permissions nécessaires pour voir les fichiers joints à ce message.
Modifié en dernier par Yves Benisty le 16 août 2022, 13:57, modifié 1 fois.
Yves Benisty
Messages : 2312
Enregistré le : 27 mars 2004, 16:39
Localisation : ici

Re: SMUR et modélisme

Message : # 87264Message non lu Yves Benisty »

J'ai fait aussi l'ambulance Master Renault de Garches. La maquette est plus complexe à réaliser, elle a même des roues sur essieux.

Master Smur Garches 1.jpg
Vous n’avez pas les permissions nécessaires pour voir les fichiers joints à ce message.
Avatar du membre
Maxime
Administrateur
Messages : 6583
Enregistré le : 06 avr. 2003, 11:09
Année de diplôme IADE : 2004
Poste occupé actuellement : Cadre IADE
Localisation : Toulouse
Contact :

Re: SMUR et modélisme

Message : # 87267Message non lu Maxime »

Sympa... Y'a du boulot là aussi...
Répondre